Match Burka contre mini-jupe

Cher lecteur,

Ca y est, la loi contre le port de la burka ou voile intégral a été adoptée en France. Cela a suscité un certain nombre d’interrogations chez moi, qui suis originaire du Niger, un pays où, ce qui court les rues, et qui est d’une banalité à pleurer, ce sont des hommes intégralement voilés! en effet, les touaregs, hommes du désert, se promènent dans les rues de Niamey avec un turban couvrant intégralement la tête et le visage, ne laissant qu’une mince fente pour les yeux, bien souvent agrémentée d’une imposante paire de lunettes de soleil. Alors, j’ignore quel est le bien fondé de la loi pour interdire le port de la burka, mais j’ai ouï dire que c’était parce que ce voile intégral allait à l’encontre de la dignité de la femme. Alors, quid de la dignité de l’homme touareg? car je rappelle que seuls les hommes sont voilés chez les touaregs. J’ai ouï dire aussi que c’était parce que certaines femmes étaient contraintes par leurs maris à porter cet accessoire « avilissant » pour la dignité de la femme. Alors là je suis encore plus perplexe, car cela me rappelle un dîner en compagnie d’amis à Niamey. Ma voisine, africaine, mariée à un français, était vêtue d’une micro-jupe, et avait, dans un sursaut de pudeur, couvert ses cuisses nues de son châle. Je lui demande que faisait le châle sur ses cuisses, car il était visiblement tout à fait incongru dans l’ensemble, ce à quoi elle me répond: « mon mari n’aime pas que je m’habille long, il veut que je m’habille tout le temps court et sexy, je ne dois porter que des mini-jupes, des décolletés et des haut-talons (je confirme qu’elle était juchée sur des échasses, sur lesquelles elle titubait et menaçait de s’étaler à chaque pas), cela m’ennuie, mais que veux-tu ». Et je me demande, quid de la dignité de la femme? Cela m’a bien amusée, car finalement, je me suis dit, mini-jupe ou burka, même combat? En définitive, la femme se plie à la volonté de l’homme, qui tantôt veut la couvrir, tantôt la découvrir. Et si la France ne supportait-elle pas que l’on couvre la femme parce que ses hommes exercent la dictature inverse et préfèrent découvrir leurs femmes coûte que coûte, même au prix de nombreux complexes,  empêchant ces femmes de vivre dès le mois de février car les magazines les bombardent de régimes en tout genre, les poussant à une dictature de la maigreur voire de l’anorexie? Loin de moi l’idée de faire l’apologie de la burka, en revanche, je demande un peu plus d’ouverture sur le monde et un peu moins d’hypocrisie. Je voudrais que l’on remette le curseur au bon endroit, et que l’on cesse de se voiler la face (sans mauvais jeu de mot). La burka gêne parce que les hommes occidentaux préfèrent voir des femmes à moitié nues que voilées, nul ne songerait à faire promulguer une loi pour les quelques centaines de touaregs qui se promènent régulièrement enturbannés en France, et ce même pour des raisons de sécurité! Quoi qu’il en soit, l’excès nuit en tout, et en cette époque de mondialisation, il est bon de savoir raison garder et de faire montre de modération ce qui ne veut pas dire assimilation totale. Ceci est une idéale transition pour introduire mon prochain article: l’image de la femme africaine à l’heure de la mondialisation, restez à l’écoute!

Laisser un commentaire