Deux mille douze, douce année de ressources

Cher lecteur,

Tandis que 2011 a égrené ses dernières heures, et que nous levons le rideau sur l’année 2012, me voici sur une dune caressée par la brise, à réfléchir à l’état du monde.

Je lève les yeux au Nord, je vois une Afrique du Nord qui se cherche, encore secouée par les derniers soubresauts du « printemps arabe » ; un peu plus haut encore, je vois une Europe frileuse, recroquevillée sur elle-même, accablée par la crise de l’Eurozone, avec d’anciennes grandes puissances et grandes civilisations réduites à accepter l’amère potion du FMI comme de vulgaires Etats tiermondistes.

Je tourne les yeux à l’est, c’est un paysage d’apocalypse qui m’aveugle, un Tsunami au Japon doublé d’une catastrophe nucléaire, qui sont parvenus à fissurer la légendaire impassibilité et le stoïcisme des peuples du soleil levant.

Je tourne les yeux à l’ouest, et là c’est la désolation, des ouragans, la récession dans le riche pays de l’Oncle Sam, des ménages entiers jetés à la rue, des « indignés » qui se lancent à l’assaut de la Maison Blanche, des images d’insurrection à la télé ;

Je regarde vers le Sud, c’est année électorale partout, avec son cortège de violences post-électorales, tripatouillages de constitution, fraudes, quand ce n’est pas une terrible famine qui frappe la corne de l’Afrique et son ballet d’ONG criant au secours ;

Mon Dieu que de maux. Je pousse un soupir. Inspirée par la beauté des dunes caressées par le vent du désert, je me rappelle cette réflexion philosophique : après celui de Dieu, le plus grand, le plus bel amour est celui que l’on a pour soi.

Les africains et le peuple noir en général, résignés au malheur, n’ont pourtant aucune raison de se morfondre et ont toutes les raisons de croire en leurs ressources.

Jugez-en plutôt :

-        Michael Jackson, Le plus grand chanteur pop de tous les temps, est noir.

-        Tiger Woods, Le plus grand golfeur de tous les temps, est noir.

-        Modibo Diarra, navigateur interplanétaire à la Nasa et premier Américain désigné ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, est noir.

-        Lewis Hamilton, le plus grand champion de course automobile de ces dix dernières années, est noir.

-        Nelson Mandela, le Président et homme politique le plus unanimement respecté au monde, est noir.

Et dernier et non le moindre,

-        Barack Obama, le Président des États-Unis, première puissance mondiale, est noir.

 

Parties de rien, toutes  ces personnalités ont en commun d’avoir cru en elles-mêmes et en leurs capacités à terrasser l’adversité.

Que cela signifie-t-il. Balle au centre. Revenons aux fondamentaux.  Toi, moi. Nous. Chacun d’entre nous représente une mine de ressources. Une telle richesse. Regardons au fond de nous-mêmes, croyons en nous-mêmes et en nos capacités. Cette année est l’année de la foi. La foi en nos ressources intérieures, pour, avec l’aide de Dieu, colmater nos brèches, surmonter les écueils, gravir les montagnes, quels que soient leurs noms, ou leur envergure (maladie, échec, tension, solitude, disparition, difficultés) car je vous le dis, notre capacité à nous réinventer est infinie.

Vos ressources diverses et plurielles sont inépuisables et, j’en suis convaincue, vous feront en 2012, voler de succès en succès, et de sommets en sommets.

Je souhaite à tous une année 2012 de réussite, de confiance en soi, de paix, de foi, une année prospère, campée sur une santé de fer, débordante d’amour, et agrémentée de quelques deniers toujours bienvenus pour entretenir la santé !

 

Laisser un commentaire